OrelSan

  • France
  • Rap de la vie quotidienne

OrelSan réduit le politiquement correct à néant. Simple. Il impose son flow monocorde et nonchalant. Basique. S'il a gagné en maturité - et son rap aussi -, ses textes sont toujours aussi doux qu'un verre de vodka à 8 heures du mat'. Avec La fête est finie, une autre commence, cette fois en compagnie de Nekfeu, Stromae et Maître Gims. Entre chronique d'une jeunesse qui s'ennuie et humour caustique, désuet ou décalé, la nouvelle chanson française s'écoute peut-être en baskets et survêt'. Ou le nouveau rap avec des mocassins. Avec ce qu'il faut de sarcasme et d'ironie. Simple et basique.