Tous les parkings sont ouverts et praticables

Blog Mercredi 21.07.10, 23:57 par xurxx

Mahotella Queens: old and sweet, only sixty eight

Le soleil est déjà parti depuis longtemps. Charlie Winston, lui, plaque ses derniers accords sur la Grande Scène en compagnie de -M-. Et, dans les hauts de Paléo, le bouche-à-oreille presse les foules aux portillons du Dôme afin de voir le second concert des Mahotella Queens.

Quasi-septuagénaires, vêtues de t-shirts des Bafana Bafana et de boucles d'oreille aux couleurs de leur pays, Semola Hilda Tioubata, Nontsomi Mildre Mangxcola et Nobersuthu Gert Mdadu sont, sur scène, quasiment au top de leur forme. Comme elles aiment si bien le dire, ce ne sont pas quelques rhumatismes qui vont les arrêter et le prouvent à grands coups de chorégraphies endiablées. Quelques heures auparavant, les trois Supremes sud-africaines nous avaient décliné une interview car elles étaient, hélas, trop fatiguées suite à leur prestation de mardi. Dommage, rencontrer de telles légendes aurait été certainement fortement instructif non seulement du point de vue musical, mais également culturel. Peu importe, nous en apprendrons tout autant pendant le concert: pendant les intermèdes, les trois chanteuses racontent leur formation en 1964, essuyent leurs larmes en évoquant l'Apartheid, délivrent des messages engagés de paix et fraternité.

"Ouais, les gars, je fait juste un saut au Village du Monde et je vous rejoins pour Foals au Chapiteau!" avais-je hurlé à mes collègues. Tant pis. Foals, ce sera pour une prochaine fois. Impossible de décoller du Dôme. Bien que le sens exact des paroles des chansons nous échappe malheureusement, les rythmes mbaqanga s'attaquent à notre système nerveux et nous entraînent dans une transe aux couleurs chatoyantes.

Vous qui avez raté ce pur concentré d'énergie et de bonne humeur, bien que rien ne remplace l'expérience du live, vous pouvez toujours vous offrir une séance de rattrapage en regardant le concert complet ci-dessus!

Abonnez-vous à notre newsletter