#PALEO2016

Les chroniques du Paléoblog

Le Paléoblog, c'est un webzine qui a trouvé une chambre au sein du site officiel de Paléo. Il relaie au mieux l'expérience du Festival grâce à des chroniques de concerts, des zappings, des interviews, des sessions acoustiques et des vidéos en tout genre. Le ton est décalé, 2e degré et fortement subjectif, parce qu'on trouve ça cool. Il n'est en aucun cas le point de vue officiel de l'organisation du Paléo Festival Nyon.

 
Blog Lundi 25.07.16, 02:53 par Félix Wilson

Le Paléo Festival Nyon 40+1 vient de s'achever. Toute l'organisation dit merci mille fois aux 230'000 spectateurs, 4770 bénévoles et 145 artistes et troupes, ainsi que tous les partenaires ayant contribué au succès de l’événement!

Blog Lundi 25.07.16, 01:50 par cheval

Paf! Bim! Badaboum! Ta ta ta ta ta ta! Poum! Une pluie de cendre tombe encore dans les yeux lumineux des spectateurs du feu d’artifice alors qu’on entend au loin les premières notes d’une Poupée qui fait non. La foule s’amasse, Michel peut commencer à chantonner.

Blog Lundi 25.07.16, 00:31 par Sgt. Eleanor Rigby

Quelle claque, mes aïeux, quelle claque! De celle qui défriserait même une fan de "Fifty Shades of Grey"!

Ce soir, j'ai vu Ibrahim Maalouf et c'était une tuerie! Le bonhomme a tout d'abord un charisme à faire fondre l'iceberg du Titanic. T-shirt, jean, baskets, pas l'image qu'on peut se faire d'un trompettiste. Car oui, l'image très cliché qu'on peut avoir, c'est plutôt celle du mec avec un noeud papillon, de grosses lunettes et quelques grammes de gras sur la tronche. Rien à voir avec la classe à la Maalouf qui donne un sacré coup de jeune au jazz.

Blog Dimanche 24.07.16, 23:18 par Max

S’il y’a bien un truc auquel je ne connais rien, c’est la musique folklorique du Yémen. Oui, je sais, c’est la honte. Heureusement, grâce à A-Wa, je découvre ça ce soir. Les trois Israéliennes présentent leurs tubes folk’n’beat au public du Détour.

Blog Dimanche 24.07.16, 19:07 par Gavroche

Ma culture musicale classique n'est pas vraiment plus riche que celle de l'inconscient collectif: j'ai grandi comme beaucoup au son de Pierre et le Loup et j'ai appris dans mon jeune âge les instruments de l'orchestre symphonique avec Piccolo, Saxo et Compagnie et Fantasia. L'adolescence m'a porté vers le côté rock de la force, j'ai délaissé le solfége au bout d'un an d'apprentissage, le piano après trois mois... Je ne saurais donc faire la critique savante d'un concert classique. Et pourtant, les émotions produites par cette très belle Sinfonietta de Lausanne que je viens d'admirer ne toucheront clairement pas que les avertis.

Blog Dimanche 24.07.16, 12:00 par Gavroche

Le combat du parcourant, un itinéraire musical proposé par le Paléoblog.

WHAAAAAAAAT? C’est déjà le dernier jour? Si votre foie l’a bien senti, votre cerveau peine encore à le croire. Quelques recommandations s’imposent pour clore dignement ce Paléo. Vous étiez là l’an dernier? Vous avez vu Yael Naim aux Arches? Si c’est le cas, vous aurez forcément gardé le souvenir du groupe de choristes barrés qui l’accompagnait. Chance, les 3Somesisters reviennent en "solo"! A 19h15 au Club Tent, les quatre fantastiques, divas androgynes virtuoses de la polyphonie et multi-instrumentistes, délivrent leur inclassable électro-pop hors de toute règle établie. Glitter power! De soeurs il sera encore question à 20h30 au Détour. Tair, Liron et Tagel viennent du Sud israélien et forment le groupe A-Wa. Leur force: mélanger chants traditionnels yéménites et dance music. Le résultat? Leur titre phare Habib Galbi a dépassé les 3 millions de vue sur YouTube. Un phénomène fédérateur et jouissif, immanquable.

Blog Dimanche 24.07.16, 00:52 par cheval

Quelle entrée, les gars! Classieuse, simple, juste vous deux en costumes noirs. Quelques regards en coin avant d’entonner en chœur J’ai dix ans. Chacun semble admirer l’autre; ses actes, ses paroles, le caractère qu’il a hérité de ses parents et celui par lequel il s’en est distancé. Les amis nous offriront ce soir une ode à l’amitié.

Blog Samedi 23.07.16, 22:58 par Max

On sent d’emblée que Bigflo & Oli ont de grandes ambitions. Sur la scène des Arches ce soir, ce sont deux colonnes aux allures néoclassiques qui s’érigent. Hommage probable à leurs aspirations poétiques et leur maîtrise complexante de la langue de Molière. Entre les colonnes, bien sûr, un gigantesque écran de LED. C’est ça qui caractérise peut-être le mieux le rap amical des deux frères toulousains, le mélange de modernité et de classicisme. Dans leurs instrus à l’efficacité imposante, on sent les influences combinées des plus grands du hip-hop français et américain, des codes modernes du rap, mais aussi des staccatos et legatos de la musique classique.

Abonnez-vous à notre newsletter